Fruits secs

Les fruits secs, des coupe-faim sains

Originaire de Mésopotamie, l’amande constitue depuis le néolithique un aliment complet apprécié de l’homme primitif. L’amande Albert Ménès est naturellement fumée, reconnaissable pour son arôme fruité. Albert Ménès a par ailleurs choisi l’Iran pour la qualité de ses plantations et la saveur de ses pistaches....

Les fruits secs, des coupe-faim sains

Originaire de Mésopotamie, l’amande constitue depuis le néolithique un aliment complet apprécié de l’homme primitif. L’amande Albert Ménès est naturellement fumée, reconnaissable pour son arôme fruité. Albert Ménès a par ailleurs choisi l’Iran pour la qualité de ses plantations et la saveur de ses pistaches. Autrefois consommé pour ses vertus aphrodisiaques, le pignon de pin Albert Ménès révèle un croquant délicat idéal pour accompagner les salades de l’été. Les noix enfin, monnaie d’échange au Xè siècle, sont dénoisillées à la main, gage de préservation des cerneaux. Les fruits secs Albert Ménès, l’option nutritive et diététique, au naturel.

Il était une fois…

Comme nombre de spécialités culinaires, l’Antiquité nous a légué ses fruits secs. Au menu des philosophes et des athlètes grecs, ils faisaient également partie de l’alimentation variée et raffinée de la cité romaine. Dans la France du Moyen-Âge et de la Renaissance, les fruits secs garnissaient les tables pendant les périodes de jeûnes, tel le Carême. 
Plus festifs étaient les fruits secs introduits dans la tradition des treize desserts provençaux de Noël ; treize comme les douze apôtres réunis autour du Christ pour la dernière Cène. Parmi ces desserts servis après la messe de Minuit est servi le gâteau des « Quatre mendiants » composé de raisins secs symbolisant l’ordre des Dominicains, de figues sèches en souvenir des Franciscains, d’amandes pour les Carmélites, de noix ou de noisettes rappels de l’ordre des Augustins. Quand la nourriture terrestre se fait spirituelle…

Lire la suite Fermer
Fruits secs
selon vos goûts et vos envies